Le quotidien pour l’appréhender nécessite une petite gymnastique intellectuelle ou conceptuelle,  telle que peut le faire la sociologie pour analyser ce qui apparait au commun des mortels comme banal ou habituel.
L’idée de départ est de poser mon regard sur le quotidien de mon intérieur en reproduisant avec  l’appareil le myope que je suis sans mes lentilles de contact et le champ de vision extrêmement réduit que je peux avoir.
Mais ce jeu d’objectif  m’a  entrainé plus loin que je ne pensais dans  un univers où on l’on croit reconnaitre l’objet, ou pas
Au fil de ces images, le spectateur  se trouve confronté à des objets communs, mais décontextualisés  par l’angle de vision et le flou, qui peuvent approcher le surréalisme pour certaines photos.
On est parfois entre rêve et réalité, le matin au petit déjeuner, au moment ou on rassemble nos esprits, dans cet entre deux ou le réel n’as pas encore pris le pas sur les traces de nos rêves évanouis.